Stade Olympique Millavois Rugby Aveyron

Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité

2017-2018
News
Et de deux pour les filles du SOM !
< | >

Et de deux pour les filles du SOM !

Publié le 14 mai 2018 par

Et de deux pour les filles du SOM !

La phase finale du championnat à VII se jouait à Nimes, dimanche 6 mai. Les Millavoises ont dominé Arras 12-0 en finale.

L'an dernier, elles avaient déjà gagné le respect de tous. Il va désormais falloir penser sérieusement à leur ériger une statue ! Dimanche, les quinze filles du SOM qui étaient du voyage à Nîmes ont réussi l'exploit de conserver leur titre de championne de France de rugby à VII en remportant la finale face à Arras sur le score de 12 à 0.

Une victoire franche qui a toutefois été longue à se dessiner, comme le soulignait lundi Justine Comeyras. “L'an dernier, en finale, nous avions très rapidement creusé l'écart, avec cinq ou six essais d'avance à la pause. Ce n'était pas le cas dimanche, assure la capitaine. Jusqu'au bout, on a senti qu'en face, elles ne baissaient pas les bras et voulaient gagner cette finale, elles aussi. Il a fallu être solide et c'est ce qu'on a fait, comme à chaque fois qu'on se trouve dans la difficulté.”

Pas une seule défaite en deux ans !

À l'issue d'une phase finale néanmoins dominée de bout en bout (*), les Millavoises ont pu savourer leur incroyable parcours avec les nombreux supporters sang et or qui avaient fait le déplacement jusque dans la cité romaine. “On n'était pas chez nous mais c'était comme si, s'en amuse Justine Comayras, visiblement encore émue. Il y avait eu beaucoup de larmes de joie à la fin de la rencontre, forcément, et de fatigue, aussi, car certains matches du matin (*) avaient été difficiles.”

La fête prolongée au retour

Euphoriques à leur retour dans la cité gantière, dimanche soir, les filles, en très grande majorité âgées de 18 à 22 ans, ont prolongé la fête à coup de klaxons, tractées dans une remorque qui a fait le tour de la ville. “C'était vraiment sympa”, confesse la capitaine d'une section féminine qui n'a pas perdu une seule des 70 rencontres qu'elle a disputée sur une vingtaine de plateaux depuis maintenant deux ans.

Une performance inouïe et un Bouclier que les joueuses vont peut-être pouvoir conserver à Millau définitivement, puisque “le championnat féminin à VII ne reprendra pas l'an prochain”, confie avec une pointe d'amertume Justine Comayras.

Laquelle espère, comme beaucoup de ses copines, que l'aventure se poursuivra toutefois dans les prochains mois, dans le cadre du nouveau championnat féminin à X que la FFR veut lancer à la place du Seven, afin de dynamiser positivement le rugby féminin. Si Millau y participe, il faudra forcément compter sur ses filles !

(*) En matches de poules, les Millavoises avaient gagné sur le fil Arras (12 à 7), Béarn (17 à 7), et largement dominé Cusset (19 à 0) et Bourges (38 à 5). L'après-midi, la demi-finale contre Mimizan n'a été qu'une simple formalité pour les Millavoises (31 à 0), qui ont retrouvé et battu Arras en finale (12 à 0).

 

“Si on a 20 filles, on jouera à X”

Pour Johan Bernad aussi, “la journée a été dure”. “Cette année, le niveau était bien plus élevé que l’an dernier, raconte l’un des trois coachs de la section féminine (avec Richard Zanarelli et Grégory Philippe) qui a suivi les six rencontres au stade Kaufmann. Il y a eu des matchs compliqués mais les filles ont toujours su se mettre au niveau, et c’est ce qui rend la victoire finale encore plus méritée.”

Petite fierté supplémentaire pour lui et l’ensemble du staff, les quinze filles convoquées dimanche, parmi lesquelles figuraient trois cadettes, ont toutes joué, permettant ainsi “aux titulaires de ne pas se cramer avant la finale”. Une force collective que Johan Bernad espère retrouver sur le pré l’an prochain. Reste à savoir sous quel format. “On va en discuter avec les filles et lancer une campagne de recrutement. Fin juin, on prendra une décision en fonction de l’effectif. Si on a 20 filles, on jouera à X. Si on en a 30, on jouera à XV.”

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.